Les hommes de pailles Michael Marshall
Palmerston, Pennsylvanie. Deux hommes, armés de fusils semi-automatiques, abattent soixante-huit personnes. Avant de pren-dre la fuite, ils écrivent en lettres de sang : « Les Hommes de Paille ».
Onze ans plus tard, à Santa Monica, Californie, une adolescente est kidnappée. Le tueur en série que le FBI a surnommé l’Homme Debout a encore frappé.
Dyesburg, Montana. Les parents de Ward Hopkins trouvent la mort dans un accident de voiture. Derrière eux, ils laissent pour seul message : « Nous ne sommes pas morts. »
Trois faits divers, trois énigmes isolées qui annoncent une longue traque pour un héros improbable, jusqu’à la terrifiante confron-tation avec les Hommes de Paille. Qui sont-ils ? Pourquoi tuent-ils ? Peu importe. Une seule chose compte : les arrêter..
Un livre qui fait peur, qui est même horrible. Ames sensibles, s’abstenir !

J’ai relu juste après les hommes de paille, La fille du marchand de saphirs (https://www.babelio.com/livres/Jefferies-La-fille-du-marchand-de-saphirs/1088246) histoire de sortir de l’horreur de cette lecture

Je n’étais qu’un fou : Thierry Cohen

New York, Upper East Side. Samuel Sanderson est un écrivain célèbre et adulé qui profite de sa notoriété pour séduire ses lec-trices… Jusqu’au jour où un curieux message lui arrive sur Facebook : « Je suis toi dans vingt ans. Et je viens t’avertir des drames à venir. »
Qui se cache derrière cette mise en garde ? Un lecteur dément ? Un confrère jaloux ? Une femme délaissée ? Un proche qui vou-drait lui faire changer de vie ? Ou s’agit-il vraiment de son double ?
Pris au piège, Samuel part à la recherche de son mystérieux messager. Une quête effrénée et paranoïaque qui le conduira aux frontières de l’amour et de l’impossible. Livre assez étrange mais passionnant, un bon polar.

La nuit des grands chiens malades A.D.G
Nous, bien sûr qu’on est berrichons, d’entre Châteauroux et Bourges, on n’a pas la grosse cote auprès des Parisiens: qu’on serait lourds, méfiants, un peu retardés pour tout dire, pleins de croyances obscures. Seulement, on a quand même la télévision, et les Hippizes, on sait ce que c’est, des jeunes qui se droguent et qui prêtent leurs femmes à tout le monde. Alors quand on les a vus débarquer, dix, douze, sans compter les gniards, et planter leur tente à la « Grand’Côte », là, notre sang n’a fait qu’un tour. Comme ceux lu précédemment de ADG, je ne suis pas très emballée mais je l’avais depuis longtemps dans la liseuse.

La dame pâle : Alexandre Dumas
Au coeur des Carpathes, dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki, s’affrontent pour conquérir la belle Hedwige. Or Kostaki est un vampire qui revient chaque nuit assouvir sa soif de sang auprès de la jeune femme devenue l’objet d’une lutte sans merci entre les deux frères. Je souhaitais lire un *Dumas* c’est chose faite mais un livre que je n’ai pas spécialement aimé.

La mère : Maxime Gorki. Ecrivain russe publié en 1907.

Le roman décrit l’évolution intellectuelle d’une mère de famille ouvrière dans un faubourg industriel de la Russie pré-révolutionnaire, dont le fils Pavel (ou Paul) est militant socialiste. D’abord, effrayée par les dangereuses idées de son fils, qu’elle ne comprend pas, elle tombe ensuite sous le charme des camarades de Pavel, pleins de fougue, d’idéal et d’amour pour l’humani-té. Petit à petit s’éveille en elle la conscience de l’injustice vécue par les travailleurs dans la société tsariste. Lorsque Pavel est arrêté une première fois, la mère prend sur elle de continuer la diffusion clandestine de tracts au personnel de l’usine où travaille Pavel, afin de sauver son fils de prison. Il était dans ma liste je ne sais plus qui en a parlé et quand. Une lecture parfois hardue il faut s’y retrouver dans les noms mais non dénuée d’intérêt

Livre papier

 

 

 

 

 

Une relation dangereuse de Douglas Kennedy
Sally Goodchild, américaine de 37 ans, est journaliste pour le Boston Post. Après avoir mené une vie très indépendante près de 20 ans, elle a un vrai coup de foudre pour Tony Thompson, un reporter anglais qu’elle rencontre au Caire. Leur liaison va prendre une tournure officielle quand Tony, rappelé à Londres, se voit offrir un poste important et que Sally se retrouve enceinte. Ils décident donc de se marier. Mais les difficultés pour Sally, commence le plus sombre des cauchemars. Un livre que j’ai beaucoup aimé tellement que j’ai passé plusieurs soirées à lire au lieu de regarder la TV !

Demain j’arrête : Gilles Legardinier
Et vous, quel est le truc le plus stupide que vous ayez jamais fait ? Comme tout le monde, Julie en a fait beaucoup. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu’elle n’a pourtant jamais vu – obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier…
Mais tout cela n’est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu’elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants. Drôle comme tout un bon moment de détente.

lecture de août

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, j'ai grandi en Suisse ou je vis. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 14 et demi ans. Chipie la bien nommée.

18 commentaires sur “lecture de août

  1. Mon mari adore Alexandre Dumas et les lit les uns après les autres.
    Le Gardinier, un auteur très sympa qui fait du bien. Pour ceux d’horreur, pas trop mon truc, j’arrête avant la fin si c’est trop gore.
    Merci pour tes comptes rendus de lecture.
    Bises

  2. on a l’impression que le monde devient fou….il y a tellement de malheur…. le temps est déjà bien suffisant pour laisser les peuples dans la peine….passe une douce journée

  3. et bien, comme on dit tu n’ as pas chômé !
    Les hommes de paille, ça m’intéresse, et je pensais avoir tout lu d’ Alexandre Dumas !
    Je vais profiter de l’ hiver et du jardin au repos !
    Passe une bonne journée
    Bisous

  4. Bonsoir Renée,
    Tout d’abord, merci de nous permettre de prolonger un peu nos vacances grâce à cette superbe image sur ta page d’accueil :).
    Merci à toi pour ces présentations de romans.
    Bonne soirée !
    Bisous,
    Martine

  5. ..à part le dernier, je te laisse les autres, policiers ou démons…pas pour moi!
    Bises du soir
    Mireille du sablon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut