Pour cette 253ème édition, à la barre Jill….qui proposait : Pour le jeudi 16 septembre poème dans un patois… 

J’ai choisi le poème d’André Lagger

Né en 1945 à Chermignon (Canton du Valais) , André Lagger vit à Ollon/Chermignon. Employé de banque, il se consacre à la poésie en patois-français.

Il avoue une passion pour le patois (de Chermignon), langue qui a bercé toute sa jeunesse et qu’il a commencé à apprendre, lire et écrire, dès 1967.

Il s’efforce d’ailleurs de promouvoir le patois en participant notamment à des émissions radiophoniques, en collaborant à de nombreux journaux locaux dont L’Ami du patois et La Vie à Crans-Montana et en l’enseignant dans les Universités populaires. Il est également chargé par la Médiathèque Valais de traduire et transcrire des chants et textes en patois de Chermignon enregistré par la RSR.

Il a reçu de nombreux prix dont le 1er prix de poésie à Bulle en 1989 et le diplôme au 3e concours des parlers savoyards à Thônes (FR) en 1995.

Choréïrrè a la vià

Ôvrè la poûrta dou bonoûr!

La clià? Yén ou fén fon dou coûr.

L’évoueu yèin pâ dou robenèt,

Mâ dou liachiè ; yè cliàr è nèt.

Tô véc rèin qu’ôn yâzo, yè chouir.

Làche d’ôn lâ to chèin qu’yè nir.

Côca pâ tozò l’èfeúna.

Vi la roûja, féïna meúna!

T’é vâlèt, tô pout éhrè rouè.

Por ârroâ, àche la fouè.

Dèmànda è tô rèchèvré.

Tô charé rèboyoú. Vèré.

Le bén quié t’â fét chòbrè, crè,

Jiamê chè pêr. Pâ dè règrè.

Mòr, vehèin pè l’èrètâzo

Balyà dè tôn côr pachâzo.

T’â lo dèvouêr d’éhrè ouroú.

Can tô lànmè, tô rèin zoyoú.

Ouéc, tô va tozò mi véïto.

Damâzo, to stoú zor vouéïdo!

Afroûa dè prèindrè lo tén

Por tòt : tô chioút lo bôn tsemén.

Sourire à la vie

Ouvre la porte du bonheur!

La clef? Au tréfonds de ton cœur.

L’eau ne vient pas du robinet,

Mais du glacier; c’est clair et net.

Tu ne vis qu’une fois, c’est certain.

Laisse de côté tout ce qui est noir.

Ne regarde pas toujours l’épine.

Vois la rose qui est si fine!

Tu es valet, tu peux être roi.

Pour y arriver, aie la foi.

Demande et tu recevras.

Tu seras étonné. C’est la vérité.

Le bien que tu as fait reste, croît,

Jamais ne se perd. N’aie aucun regret.

Mort, tu es vivant par l’héritage

Transmis lors de ton court passage.

Tu as le devoir d’être heureux.

Quand tu aimes, tu rends joyeux.

Aujourd’hui, tu vas toujours plus vite.

Dommage, tous ces jours vides!

Essaie de prendre le temps

Pour tout: tu suis le bon chemin.

Poème que vous pouvez écoutez ICI 

Croqueurs de mots 253-1-(Jill à la barre)

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, j'ai grandi en Suisse ou je vis. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 14 et demi ans. Chipie la bien nommée.

86 commentaires sur “Croqueurs de mots 253-1-(Jill à la barre)

  1. c’est là qu’on prend conscience de l’importance d’une langue commune ! merci pour la traduction …
    bonne soirée et bises

    1. Pour autant il ne faut pas laisser mourir ces patois parce que c’est l’identité d’une région aussi. Bisous doux dimanche Josette

  2. excellent ! Merci de l’avoir traduit en Français
    J’adore , c’est ainsi avec ses mots que mère, et grand mère me berçaient !
    Je t’envoie toute mon amitiés

    1. Jeanne heureusement la traduction était sur le site ou je l’ai trouvé (le lien en bas d’article ou tu peux aussi écouter) j’en serais bien incapable ne le comprenant pas…rire. Bisous doux weekend

  3. De bien beaux conseils que l’on découvre grâce à ta traduction !
    ce n’était pas évident de trouver des poèmes en patois sur internet…et pourtant il en existes !
    grosses bises je vais essayer d’écouter ces sages paroles 🙂

  4. Voilà un poème plus facile à lire en français qu’en patois ! lol ! C’est vrai que les patois locaux font partie du patrimoine, mais pour moi c’est déjà assez compliqué d’essayer de baragouiner un peu l’anglais… je fais partie des bons français un peu allergiques aux autres langues !
    Dommage d’ailleurs, parce que étant marseillais, ça m’aurait pas déplu de connaître le patois provençal, qui est assez chantant.
    J’ai vu les liens sur votre voyage aux Bahamas… ça fait rêver !
    Bisous et bonne journée à toi

    1. Lucky vers chez vous le patois doit être super a entendre, apprend le au moins un peu…..
      C’était Cuba j’ai jamais été au Bahamas….Bisous pareil merci

  5. Un poème magnifique, j’aime beaucoup les 6 derniers vers.
    J’admire ceux qui se battent pour protéger le patois .Ma petite fille est dans une école occitane et les cours sont en occitan et français !
    Merci pour ce beau partage.
    Belle soirée, bises Renée

  6. Il est joli ce poème Renée, et plein de bon sens.
    Merci pour la traduction en français, je crois qu’en patois … je n’aurais rien compris !
    Belle soirée, bisous.
    Cathy

  7. Je comprenais en partie le patois provençal lorsque mes tantes, mes oncles et mes parents conversaient entre eux. Je suis attendrie par ce souvenir. Je me rends compte, à travers le poème que tu as choisi, que le patois pouvait même être une langue poétique. Bises

    1. Coucou Anne ça fait longtemps et je ne te vois plus écrire non plus chez Eglantine j’espère que tu vas bien?
      Le patois provençal doit être bine joli a entendre…Mais oui si celui qui écrit est poète dans l’âme il n’y a pas de raison…
      Bisous bisous

      1. Il y en a eu, mais il a tendance à disparaître. Il est plus prononcé dans certaines régions, je crois. Personnellement, j’ai appris à parler sans patois avec le temps. Bises et bon week-end!

        1. L’accent est bien connu et aimé vraiment partout mais jamais entendu de patois Canadien ça doit être insolite. Bisous doux weekend Cléo

  8. Un tres bon choix Renée et en plus nous avons pu entendre son auteur lire son poème , c’est vraiment un plus .
    Bonne soirée
    Bises

  9. Là j’avoue que j’ai du mal à comprendre, je ne connaissais pas ce patois du tout ! Mais heureusement c’est traduit 🙂 Bisous et une douce fin de journée

  10. Coucou Renée
    J’adore ce poème, il correspond en ce que je crois…Merci
    Tu sais pour ton commentaire je n’ai pas tout compris…
    bonne soirée
    bisous mon amie

    1. Georgette je me souviens pas ce que je t’ai dit en com ni sur quel article c’était donc peux pas t’aider. Bisous bisous

  11. C’est un joli poème, ce doit être amusant de l’entendre récité dans ce patois ! :))
    Bonne soirée Renée, gros bisous

      1. Oui Renée je n’avais pas fait attention ! C’est chose faite, c’est chouette à entendre, comme beaucoup de dialectes et autres patois d’ailleurs.
        Bonne journée, bisous

  12. Bonjour Renée,
    Excellent choix. Merci beaucoup pour la traduction, et ce fut très agréable de l’entendre.
    Bon après-midi suivi d’une douce soirée,
    Bisous♥

  13. Oh que j’ai aimé l’écouter, on sent plein de bonheur et de douceur dans sa voix.
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  14. Merci Renée et pour la traduction aussi, sinon j’étais marron… 😉 un très beau titre pour un poème qui en dit long, svoir être heureux…. bises jill ,-)

  15. Un très joli poème. Dommage que si peu de gens se battent pour sauver les patois. Il faut dire que dans notre Franche-Comté, il évolue très vite et change complètement tous les 10 km (en tout cas en Haute Saône), pas facile à maintenir dans un monde où nous circulons si facilement
    Bonne journée Renée

  16. Bonjour Renée,
    quel patois, heureusement que la traduction est là. Sinon, un très beau poème. Agréable jeudi. Bisous.

  17. Bonjour Renée, il est très beau ce poème je l’ai lu en patois et j’ai essayé de deviner le sens des mots, merci pour la traduction car si j’avais compris le sens , des mots m’échappaient. Bisous et bonne journée MTH

  18. Il faut en effet la traduction pour tout comprendre !
    Le patois est un patrimoine, chez moi le ch’ti disparait aussi !
    Passe une bonne journée
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut