Info :

Peu présente aujourd’hui et demain complètement absente. Les enfants viennent nous voir et fêter Pâques en avance.

Croqueurs de mots Défi 248, des dirigé par Durgalola, elle nous demande

premier jeudi 25 mars : thème du désir qui est celui de l’édition 2021 du printemps des poètes.

 

Je désire toujours. De : Louise Colet (1810-1876) Recueil : Fleurs du midi (1836).
Avoir toujours gardé la candeur pour symbole,
Croire à tout sentiment noble et pur, et souffrir ;
Mendier un espoir comme un pauvre une obole,
Le recevoir parfois, et longtemps s’en nourrir !

Puis, lorsqu’on y croyait, dans ce monde frivole
Ne pas trouver un cœur qui se laisse attendrir !
Sans fixer le bonheur voir le temps qui s’envole ;
Voir la vie épuisée, et n’oser pas mourir !

Car mourir sans goûter une joie ineffable,
Sans que la vérité réalise la fable
De mes rêves d’amour, de mes vœux superflus,

Non ! je ne le puis pas ! non, mon cœur s’y refuse
Pourtant ne croyez pas, hélas ! que je m’abuse :
Je désire toujours… mais je n’espère plus !

Pour le lundi 29 mars : Vous écrirez un texte avec ces dix mots ou si vous le souhaitez, avec vos dix mots préférés : COMPASSIONMERETERREMUTATIONLUMIERECENTRESOURCEVOIXREGARDECOUTE.

Depuis cette mutation qui, si elle me permet de mieux vivre, m’éloigne de ceux que j’aime, de ma terre.
Mon regard ne se perd plus sur les champs, mon seul horizon, les buildings du centre qui empêche la lumière matinale de se répandre dans mon petit studio dans lequel je n’entend pas non plus la voix de ma mère chantonner devant la cuisinière!
je ne vais plus à la source du village, ni n’entend le piaillement des oiseaux. J’écoute de la musique pour ne pas entendre les cris des voisins pour lesquels je ne ressent aucune compassion.
Suis-je devenu indifférent depuis que je suis devenu un homme et ai quitté mon village?

deuxième jeudi 1er avril : le thème est animaux.

Le chien est le seul être qui t’aime plus qu’il ne s’aime lui-même. De Fritz Von Unrub

Trouvé sur ce site  est écrit par : Nandy, (poète inconue)

Le petit chien
Il était triste le petit chien
Assis tout seul dans le chemin.
Il regardait les gens passer
Et ses yeux étaient mouillés.
Oh, bien sûr on le caressait
En passant…mais on repartait,
Et jamais on ne demandait
Au petit chien du chemin …

La cause de son chagrin.

Il était triste le petit chien
Abandonné dans ce chemin
Par d’innommables vacanciers
Partis Dieu sait vers quelle contrée !

Il était triste le petit chien.
Alors, je me suis approchée,
J’ai pris sa tête entre mes mains
Et je l’ai consolé.

On a parlé longtemps tous les deux :
Lui, avec ses yeux,
Moi, avec mes mains
Qui le caressaient.

Je lui ai demandé
S’il voulait être mon petit chien.
Il m’a léché la main,
Il a remué la queue.

Et on est repartis tous les deux,
Par le grand chemin,
Moi et mon petit chien.

Croqueurs de mots 248 dirigé par Durgalola (3 en 1)

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays mais, j'ai grandi en Suisse ou je vis. J'aime les voyages lire la musique. La nature les animaux. J'ai un chien, une Yorkshire de 15 et demi ans. Chipie. Je lis tous vos coms mais ne réponds pas a tous par faute de temps. Merci de votre compréhension.

65 commentaires sur “Croqueurs de mots 248 dirigé par Durgalola (3 en 1)

  1. Tu deviens la spécialiste du trois en un et ma foi ça te réussi bien. Merci pour le choix des poèmes et pour ta petite histoire. Pas facile cette période qui nous plonge dans l’obscurité, mais ma philosophie du moment me dicte ceci :
    C’est le regard que nous posons sur le mot « liberté  » qui nous rend libre
    Nous y reviendrons, encore un peu de patience.
    Bisous Renée.

    1. C’est surtout que pas possible de faire autrement vu les défis que je fais et mettre plus d’un article jour j’aime pas donc je rassemble. Par contre le dernier pas pu le faire.
      nous avons plus de liberté que bien des pas donc nous on se plaint pas trop. Bisous Domi bonne continuation.

  2. Formidable cette page riche de tes mots et de tes choix…
    tu as de la chance de voir tes enfants…j’avais fais une crois sur Pâques mais je tablai sur le premier mai car ils devaient être en vacances à ce moment…grand chamboulement du calendrier scolaire et patatras !
    gros bisous et profite bien de ces moment heureux

    1. merci Josette c’est gentil…
      J’ai vu les nouvelles j’espère que vous pourrez vous voir le plus rapidement possible. Bisous Joyeuses Pâques

  3. Bonsoir Renée,
    Ben dis donc tu as fait d’une pierre 3 coups !
    Triste histoire que celle de ce petit chien abandonné, mais le hasard d’une rencontre a bien fait les choses et au final il y a deux heureux
    Bravo et bisous … et bonne fête familiale

  4. J’aime beaucoup le premier poème, il est très bien écrit.
    Ah pas facile e quitter un petit village et de se retrouver au milieu de la grande ville …
    Belle soirée, bisous.
    Cathy

        1. Non il me font un peu peur et je suis incapable de toute façon de les retenir si il tire dans ce cas vaut franchement mieux pas. Bisous bisous

  5. Bravo Renée pour cette participation à la quinzaine de Durgalola .
    Un texte pour le défi qui montre combien les nuisances de la ville peuvent influer sur notre humanité .
    « Mendier un espoir comme un pauvre une obole,
    Le recevoir parfois, et longtemps s’en nourrir ! » Que cette phrase entre en résonnance avec l’actualité !
    J’aime beaucoup aussi le poème sur le petit chien et, chouette , il se termine bien .
    Bonne soirée
    Bises

  6. bonnes fêtes avec tes proches ; merci pour ta participation ; ton texte est touchant ; combien changent de lieu pour le travail et ne sont pas heureux !
    les deux poèmes sont beaux !
    nous sommes tristes, après Djinnie, une semaine après, Durga est morte cet après midi, renversée par une voiture.
    Il nous reste la chatte Griselle, mais nos louloutes vont beaucoup nous manquer.
    Bises

    1. Ho non Durgalola je suis si désolée pour vous que c’est dur ces pertes coup sur coup………Sincères condoléances dans ce dur moment……..Pensées amicales. Bisous que Pâques vous donne quelques réconfort

  7. Bonjour Renée,
    Magnifique 3 en un ! Bravo !!! Ce texte du petit chien, c’est spécial !!!
    Bonne poursuite de ce jeudi et doux mois d’avril !
    Bisous♥

  8. Coucou Renée, très belles participations aux différents défis.
    J’aime beaucoup le premier poème ainsi que tes deux textes, ouf Petit chien n’est plus triste, c’est le plus important pour moi.
    Belles fêtes de Pâques, gros bisous.
    Lylou

  9. Bonjour ma Renée
    Je ne sais pas si je suis a bon endroit pour commenter
    Je pense qu ce poème tu l’as dédié à ta belle Chipie, j’aime beaucoup ce poème.
    Bonne journée ma douce et gros bisous avec des caresses à ton amour la belle Chipie
    Méline

  10. L’espoir fait vivre et le désir non assouvi frustre beaucoup.
    Heureux petit chien qui a retrouvé un maître qui l’aimera. Puisse t’il oublier ceux qui ont trahi son amour. Bisous

  11. Bonjour Renée,
    tu m’as émue avec ton si beau texte.
    Moi aussi j’ai recueilli mon premier shitzu il y a une quinzaine d’années,
    on l’a gardé 7 ans , il est mort à la maison malgré les traitements suivis pour le garder le plus longtemps avec nous.
    Il nous a été reconnaissant, on le prenait partout avec nous, comme je fais avec mes deux pots de colle lol.
    Que ferait-on sans eux? Je ne sais pas toi, mais moi je leur parle et ne t’inquiète pas quand je dis à JM que je vais prendre ma collation, ils sont là pour avoir leur dentastix ou autre, et si je ne dis rien à l’heure que je dois la prendre, ils viennent s’asseoir devant moi avec l’air de dire: tu n’as rien oublié?
    Passe une bonne journée, gros bisous,
    Nadine

    1. Nadine les chiens on des montre dans le cerveau a croire (les chats aussi) et ils très malins.
      Merci de ton com en mon absence. Bisous Joyeuses Pâques

  12. Sacrée page du jour Renée… Ah ce qu’on aime le moins, l’abandon d’un animal sur le bord de route, sous x prétexte, ben fallait pas l’adopter un jour !!! Entre désirer et puis le regretter…. bises, jill et bonnes fêtes de Pâques à toi et les tiens…

    1. Un comportement qui me hérisse Jill on devrait attacher les maitres qui font cela en bord de route jusqu’à e qu’il sèchent!
      Bisous Joyeuses Pâques

  13. Ah toi alors bravo, un très beau triplé ! Pour le premier poème, je ne connais pas du tout la « poétesse » et bien entendu le poème. J’aime ces découvertes que je fais au gré des blogs, merci pour ce partage. Bravo aussi pour ton texte, quitter son village fait perdre bien des repères hélas. Quant au petit chien c’est attendrissant mais  » ils sont repartis ensemble » c’est le principal !
    grosses bises et bon we pascal

  14. Jolis vers, tant les tiens que de cette auteure inconnue. Il y a bien longtemps que je ne désire plus vraiment grand chose J’ai appris à vivre au quotidien, les choses au fur et à mesure qu’elles se produisent Je ne me réjouis pas à l’avance non plus, ayant bien trop peur d’être déçue.
    Belles fêtes de Pâques familiales, même en avance.

    1. Pestoune c’est dommage car se réjouir de quelque chose c’est un peu la savouré à l’avance…Bisous Joyeuses Pâques

  15. il semble en effet que le temps n’ arrange pas forcément les choses, et que le passé nous laisse le plus souvent des regrets.
    Triste ces chiens sans maître !
    Passe une bonne journée
    Bisous

  16. Très joli ce poème de Louise Colet, je ne le connaissais pas…Merci aussi pour tes défis toujours bien ficelés 🙂 Quelle chance de pouvoir enfin voir tes enfants, ici c’est le confinement et les nôtres ne seront pas là…bisous profite bien surtout

    1. Crois bien que j’en suis désolée pour vous tous en France mais c’est mieux que de prendre des risques quand même….depuis ce jour, afin d’éviter des ennuis on ne voit plus personnes pendant au moins 7 jours bien que les enfants n’aient rien. Bisous Joyeuses Pâques Manou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut