Croqueurs de mots 234 (3) 2 avril

Pour ce défi 234 (3) c’est toujours Durgalola qui a donné les consignes :

 

le 2ème jeudi poésie : 2 avril

en résonance avec l’affiche de Soulages, un poème où se trouve le mot noir 

Auprès de ce beau teint, le lys en noir se change,
Le lait est basané auprès de ce beau teint,
Du cygne la blancheur auprès de vous s’éteint
Et celle du papier où est votre louange.

Le sucre est blanc, et lorsqu’en la bouche on le range
Le goût plait, comme fait le lustre qui le peint.
Plus blanc est l’arsenic, mais c’est un lustre feint,
Car c’est mort, c’est poison à celui qui le mange.

Votre blanc en plaisir teint ma rouge douleur,
Soyez douce du goût, comme belle en couleur,
Que mon espoir ne soit démenti par l’épreuve,

Votre blanc ne soit point d’aconite noirci,
Car ce sera ma mort, belle, si je vous trouve
Aussi blanche que neige, et froide tout ainsi.

De : Theodore Agrippa D’Aubigne

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, principalement la Suisse ou j'ai grandi. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 10 ans. Chipie la bien nommée.

64 commentaires sur “Croqueurs de mots 234 (3) 2 avril

  1. Très bon choix ! Voilà un poète que j’aimais beaucoup quand je l’ai découvert au collège. Un poète passé à la trappe de la modernité et de l’oubli de la poésie. belle fin de semaine et prenez soin de vous et de nous tous ensemble

    1. C’est bien dommage Jeanne heureusement les blogs font revivre un peu certains même si c’est trop peu. Bisous bisous vous aussi prenez soin…

  2. Waouh !
    Il y a une éternité que je n’avais rien lu de lui…
    Merci pour ce poème, j’aime beaucoup.
    Bisous et douce journée. Prends bien soin de toi.

  3. Magnifique, ce poème, merci !
    Pour te répondre, en temps normal je ne mange jamais de ces cochonneries bourrées de trucs chimiques, et puis n’oublions pas que je viens d’un pays producteur de chocolat. Va savoir pourquoi, ces jours ci….. Mais confinement ou pas, la propriété dont Loïc est gardien est constituée de 15 ha de bois et de prés, et tous les jours nous partons en patrouille avec le chien qui a besoin d’exercice, Loïc taille les broussailles à la machette, (Malgache un jour malgache toujours 😀 ), le chien court derrière les sangliers, et moi je suis, le nez au vent …. Donc pour l’exercice, c’est OK. Bises d’ici pleines de soleil et de mistral brrrrr

  4. Un superbe poème que je découvre, merci du partage Renée ! Le noir et moi, c’est une grande histoire d’amour.
    Bel après-midi, doux bisous.
    Lylou

  5. Bonjour
    J’ai lu des poèmes de cet auteur il y a déjà fort longtemps!
    Je n’en avait pas relu depuis!
    Merci du partage!
    Bisous

    1. Jill tu était abonnée à la news spéciale, donc elle ne parait que quand je la lance ce qui n’est pas le cas pour les articles qui elle part chaque matin. Je viens de rectifié tu me dis si dès demain ou dans quelques jours le soucis persiste? Bisous

  6. Et bien c’est gai l’amour avec Agrippa…( Rien que son prénom,le pauvre, ne le destinait pas à un amour tranquille)

  7. Un très joli poème que je découvre grâce à toi ce matin…le noir et le blanc son contraire réunis par de belles rimes ! Bisous et un bon jeudi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *