Lorsque je regarde ces oiseaux fuir nos paysages

J’aimerai comme eux à tire d’ailes, voler jusqu’à l’autre rivage

 

Pas de grandes forêts ni de haute montagne

Pourtant là-bas aussi des endroits pleins de charme

 

Retrouvé tous ces gens et ces petits enfants

Qui, quoiqu’il arrive, sont toujours souriants

 

Fuir froid et neige, cette mauvaise saison

Las-bas, quand il pleut c’est juste bénédiction

 

Entendre l’appel à la prière qui marque le temps

Pour qui s’y habitue ce n’est pas dérageant

 

Le son des du djembé qui fusent lors de fêtes

Font danser le village et tourner bien des têtes

 

Souvent je me demande en pensant à eux

Contemplant la lune le regard anxieux

 

Tous ces gens appréciés que sont-ils devenus ?

J’ai des nouvelles bien sûr mais, tant de choses sont tues.

 

C’était ma participation au :

De Brigitte

 

Café/Thé 126 (Brigitte)

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, j'ai grandi en Suisse ou je vis. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 14 et demi ans. Chipie la bien nommée.

42 commentaires sur “Café/Thé 126 (Brigitte)

  1. bonjour chere Renée, il me semble que tu penses a Dakar, quand tu parles des oiseaux qui partent vers un autre rivage, l’appel de la prière, le son du djembé, me rappellent beaucoup de souvenirs, merci pour ce texte, porte toi bien, amities et bises

    1. En tout cas au Sénégal effectivement pas spécialement Dakar mais la région ou nous habitions…Bisous René doux dimanche prend soin de toi

  2. Un tres beau texte pour ce défi que j’ai failli ne pas lire car je ne reçois toujours pas ta newsletter .
    Je viens de me réabonner .
    Quant au spam j’en ai aussi des tas que je dois supprimer régulièrement car askimet les met de côté . Je me demande aussi quoi faire car ces robots qui envoient systématiquement des commentaires n’ayant aucun rapport avec le sujet traité , c’est énervant .
    Bon samedi Renée
    Bises

    1. Gisèle fais comme moi enlève direct ton formulaire de contact c’est ça qui amène pas mal de spams…enfin chez moi j’ai pu constatez!
      Je ne sais que faire avec la news tu me dira si tu reçois autrement je ferais manuellement depuis mon admin en j’essaierais. Bisous doux weekend

  3. Bonjour Renée
    Merci pour ta gentille visite.
    Superbe ton texte qui montre la nostalgie du temps passé avec ces beaux oiseaux qui nous donnent envie de nous envoler, ce que j’aimerais pour essayer de revoir le peu de famille, d’ami(e)s qu’il me reste en Lorraine et je rêve de monter sur le dos du Dodo (gros oiseau qui n’existe plus) pour voler (mais comme j’ai le vertige çà ne risque pas) revoir ces personnes chères à mon coeur, alors j’en rêve et le rêve fait du bien dans ces moments difficiles.
    Prends soin de toi et belle fin de semaine. Bisous d’amitié.

    1. Merci Françoise, oui on aimerait retrouver ces gens qui on fait partie de nos vie mais la vie fait que…
      J’ai été à Maurice et je connais l’histoire du Dodo….Bisous douce journée pas mal absente ces jours des trucs a régler…

  4. Très belle participation que j’ai lu chez Brigitte…
    Bises du soir
    Mireille du sablon

  5. Bonsoir
    Beaucoup de nostalgie dans ce joli texte, avec ce virus j’ai beaucoup d’amis lointains que je n’ai pas pu voir,grâce à internet j’ai pu communiquer avec eux pour l’instant ils sont en bonne santé

    1. heureusement et pourvu que ça continue pour tous, vous tous compris. Bisous douce journée pas mal absente ces jours des trucs a régler

  6. Nostalgie d’un passé sur un autre continent, ça marque ! Comment ne pas y penser, même de temps à autre en voyant ces oiseaux partir là-bas ,-) bises

  7. Bonjour ma chère tite Renée
    Très beau texte, en parlant de cette nostalgie, pour ces gens que tu as connu dans cet ailleurs.
    Je pense que pendant ces périodes si difficiles, nous pensons à ces gens et quelques fois amis que nous avons cotoyé, que nous avons rencontré et qui nous laisse des souvenirs impérissables.
    J’aimerais comme toi, prendre le vol avec ces oiseaux.
    Bisous et bonne journée
    Aimée

    1. Non pas qu’en cette période difficile Aimée car je les ai toujours contacté de temps a autre, ils m’ont toujours manqués quelle que peu car on avait des liens étroits et ils étaient si gentil. Bisous bisous

  8. Coucou Renée
    Nostalgie du temps passé qui ne peut pas évoluer en ce moment …
    Retrouverons nous ces liens d’avant après ….
    Très bon texte qui fait un peu réfléchir ..
    Bises Renée

    1. C’est le présent qui n’évolue pas beaucoup le passé étant passé on a juste une forme de nostalgie parfois. Bisous Claudine

  9. Une très belle participation pour ce vol de cygnes. J’aime les voir traverser le chenal entre mon île et le continent, et je t’assure que de leur vol lourd, ils ne passent inaperçus.
    Bises et bon jeudi Renée

  10. Quoiqu’on en dise, la distance est un obstacle, et les oiseaux ont cette chance de pouvoir voler !
    et jamais un téléphone ne remplacera la présence !
    passe une bonne journée
    Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut