M.  Théodorakis  est né sur l’île de Chios le 29 juillet 1925, il est décédé hier à Athènes.

Il laisse derrière lui une immense carrière de compositeur et des ouvrages :

  • Journal de Résistance, Flammarion, Paris 1971
  • Culture et dimensions politiques, Préface de Roger Garaudy, Flammarion, Paris, 1972
  • Les Fiancés de Pénélope. Entretiens avec Denis Bourgeois. Préface de François Mitterrand, Grasset, Paris, 1976
  • Les Chemins de l’Archange, trad. Pierre Comberousse, Belfond, Paris, 1989
  • Staline, Debussy et Dionysos – Les Chemins de l’Archange, Tome 2, trad. Pierre Comberousse, Belfond, Paris, 1990
  • Poèmes – Dans les jardins paradisiaques de mon crâne  Éditions Phi, Luxembourg, 2001

Engagé notamment sur le plan politique, il s’est distingué par son combat contre les dictatures, et a tenu un rôle de porte-parole de l’opposition à la dictature des colonels grecs de 1967 à 1974. Il a été engagé à gauche jusqu’à la fin des années 1980, en militant dans les rangs du Parti communiste de Grèce, le KKE, mais en 1989, il s’est présenté comme candidat indépendant avec le parti de centre-droit Nouvelle Démocratie, afin d’aider la Grèce à sortir de la grave crise politique dans laquelle l’avaient plongé les nombreux scandales du gouvernement d’Andréas Papandréou ; il a ainsi aidé à établir une large coalition entre les conservateurs, le PASOK et la gauche : c’était la première fois depuis la guerre civile (1946-1949) que le Parti communiste extérieur (KKE) participait de nouveau à la gestion de l’État. En 1990, Theodorakis est élu au Parlement grec — comme en 1964 et 1981 —, et devient « ministre sans portefeuille auprès du Premier ministre » dans le gouvernement de Konstantínos Mitsotákis. Pendant la courte période où il est au gouvernement, Theodorakis lutte contre la drogue et le terrorisme, ainsi que pour la culture et de meilleures relations entre la Grèce et la Turquie. Après avoir été ensuite pendant deux ans (1993-1995) directeur des orchestres et des chœurs de la radio grecque ERT, il se retire pour l’essentiel de la vie publique tout en continuant cependant à prendre position sur divers sujets, dont en 2000 avec malheureusement aussi des propos sur les juifs (dommage de ternir ainsi son image)! il est accusé pour cela d’antisémitisme. 

Au revoir M. Théodorakis

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, j'ai grandi en Suisse ou je vis. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 14 et demi ans. Chipie la bien nommée.

18 commentaires sur “Au revoir M. Théodorakis

  1. Inoubliable ce monsieur, merci pour tout Monsieur Théodorakis!
    Bises de Mireille du sablon

  2. Bonjour Renée un bel hommage, j’ai bien aimé le choix de tes chansons. C’était un poète et un grand artiste. Bisous et bonne journée MTH

Répondre à Golondrina63Auv Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut