Scène de rue et poésie du mardi (34)

Au bord du quai de Émile Verhaeren (1855-1916)

Et qu’importe d’où sont venus ceux qui s’en vont,
S’ils entendent toujours un cri profond
Au carrefour des doutes !
Mon corps est lourd, mon corps est las,
Je veux rester, je ne peux pas ;
L’âpre univers est un tissu de routes
Tramé de vent et de lumière ;
Mieux vaut partir, sans aboutir,
Que de s’asseoir, même vainqueur, le soir,
Devant son oeuvre coutumière,
Avec, en son coeur morne, une vie
Qui cesse de bondir au-delà de la vie.

C’est ma participation à la poésie de Ladyen espérant qu’elle aille déjà un peu mieux et à qui on souhaite bon rétablissement.

Mais aussi àscène de rue de Covix

 

 

74 réflexions sur “Scène de rue et poésie du mardi (34)”

  1. Quichottine

    Le poème est bien joli… et la photo me plaît.
    Bisous et douce journée Renée.
    Merci pour le partage.

  2. Il faisait partie des poètes que j’aimais bien
    Merci pour ce beau poème
    Nous voyagons d’un mot à l’autre
    Bisous
    Bonne fin de semaine quand vient l’ vendredi 🙂

  3. mais aujourd’hui le rêve resteras de côté, puisqu’il va falloir faire les courses, et ce n’est pas ce que j’aime le plus….passe un excellent jeudi

  4. Aujourd’hui je le lis mais autrement. C’est mon moral du moment et du coup, il m’attriste.
    Une vie qui cesse de bondir au-delà de la vie.
    Sinon, oui, c’est un beau poème et un poète que j’aime.
    Bisous Renée

  5. Coucou Renée

    jOLIE PO2SIE ET BELLE IMAGE S4Y APPROCHANT;
    Petite envie de voyager ?
    Trouver du soleil ? OUIIIIIIIIIIIIIIII
    Bisous ma chère Renée et bonne journée
    Aimée

  6. Magnifique poème, j’aime énormément cette invitation au voyage entre clair et obscur
    Belle et douce soirée, avec pensées d’amitié
    Cendrine

  7. mireille du sablon

    … envie de voyage? pourquoi pas s’il fait plus beau … ailleurs!
    Bises de Mireille du sablon

  8. Les gares m’attristent
    Depuis toujours
    La rigidité des rails
    Le bruit lancinant
    L’aurevoir
    L’adieu
    Les gens pressés
    Les yeux perdus
    Les tableaux qui défilent
    C’est glaçant …

    Merci à toi pour ce poème
    Bisous et bonne journée Renée

  9. Ce poème est magnifique Renée, je le connaissais et je m’en lasse pas. Tu l’as parfaitement illustré pour ton défi du jour, bravo. Une très belle participation.
    Bel après-midi, bisous.
    Lylou

  10. J’aime beaucoup ce poème d’Emile Verhaeren, et ce bondir au delà de la vie une belle philosophie de vie .
    Train, voiture, bateau , avion , vélo, cheval , marche tous les moyens sont bons pour partir .
    Bonne journée
    Bises

  11. marie des vignes

    Bonjour Renée, une jolie poésie et j’aime beaucoup la photo du train? du Métro? bisous et bon après-midi MTH

  12. bonjour Emile Verhaeren l ‘un de mes poétes préférés
    celui de ton choix est trés beau , bien que un peu triste
    et je ne le connaissait pas
    je te souhaite une bonne journée
    kénavo Renée

  13. merci chere Renée pour cette poésie , »au bord du quai » , ainsi que son illustration ! j’ai pris le train tellement souvent d ans mon existence, que je ne souhaite plus jamais voyager en train !, et frequenter un quai ! porte toi bien, bonne semaine et grosses bises

  14. Bonjour,
    Un poème que l’on peut lire comme la désolation d’un départ et nous laissant sur le quai, mais aussi, d’arriver au bout du temps et partir vers le grand voyage plutot que de geindre au coin du feu avec les aires d’une vie douloureuse… la délivrance.
    Belle photo pour illustrer ce poème. Merci de ta participation
    Bonne journée
    Bises

  15. Le quai, un départ ou une arrivée, et au bout des rails, sans doute un autre quai !
    Tu as encore trouvé un beau binôme !
    Passe une bonne journée
    bisous

    1. Le train est surtout de nuit est quand même drôlement agréable, tu te laisse bercer..et conduire non négligeable. Bisous Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *