Poésie du mardi et scène de rue (35)

Le ciel est à moi
J’étais sans vie et sans voix
Sans espérance et sans joie
Presque rendu au bout de mon temps
Mais, voici que se sont ouverts
Les grands bras de la lumière
Et voilà que je pars vers l’univers
Je pars, je pars
Je monte, je monte
Je vole
Le ciel est à moi
Je parle aux étoiles
Je plane de soleil en soleil
Je vole, je vole,
Je brille, je brille,
Je vis
Le ciel est à moi
L’infini est bleu
Bleu et doux et bon et merveilleux !J’étais sans vie et sans voix
L’âme pleine de « pourquoi »
Perdu dans les silences et dans le mots
Quelle est la raison des choses
Des galaxies et des roses ?
On le sait quand on sait
Que tout est beau

Je pars, je pars
Je monte, je monte
Je vole
Le ciel est à moi
Je parle aux étoiles
Je plane de soleil en soleil
Je vole, je vole,
Je brille, je brille,
Je vis
Le ciel est à moi
L’infini est bleu
Bleu et doux et bon et merveilleux !J’étais sans vie et sans voix
Sans espérance et sans joie
Presque rendu au bout de mon temps
Mais, voici que se sont ouverts
Les grands bras de la lumière
Et voilà que je pars vers l’univers !
Chanson du film « Le papillon bleu », interprétée par Marie-Hélène Thibert

Bon vol Lydie……….

Ce cliché à été pris en fin d’année 2010 entre Noël et Nouvel an, depuis  l’île de Gorée au Sénégal c’est la   participation à Scène de rue de Covix

 

26 réflexions sur “Poésie du mardi et scène de rue (35)”

  1. Bel hommage à votre amie…..je crois qu’elle a laissé beaucoup de tristesse dans la blogosphère. C’est que nous sommes une vraie famille!!
    Gros bisous Renée

    1. C’était tellement soudains même si nous la savions malade et depuis fort longtemps (entre autres fibro) on ne s’attendait pas du tout à ce dénouement….Bisous Jacqueline

  2. C’ est le paradoxe des parents qui mettent des enfants au monde en sachant qu’un jour ils disparaîtront !
    Il faut croire que malgré tout, la vie vaut d’ être vécue, du moins pour beaucoup !
    Un poème un peu triste !
    Passe une bonne soirée
    Bisous

    1. Si on ne mettait pas d’enfants au monde la terre serait depuis dépeuplée…Non?
      Bien sûr que la vie est belle et vaut le coup, plutôt 2 x qu’une dommage qu’on revienne pas. Bisous Trublion

  3. Un bien beau poème qui atténue un peu par ses mots la tristesse et l’absence que crée ce voyage vers l’au-delà. Merci pour ce partage, Renée. Bises et bonne soirée

  4. bonjour
    belle illustration qui de mieux qu’un oiseau pour illustrer ce poème. En disant ça je pense au côté positif, j’oublie de parler de ceux qui nous quittent
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *