Pâques, pour Evy

02/04/2018 57 Par Renée

Souvenirs qui reviennent d’une période bénie. 45 route de Thorèse à Boussières-Doubs.

 

4-5 ans chez ma grand mère paternelle, ou vivent aussi une tante et un oncle jamais mariés. Dans le lotissement à coté, mes cousins, cousines.

A pâques tous les enfants de la cités allaient chercher dans les bois le long du Doubs, des branches souples et de la mousse afin de construire l’abri pour les lapins qui ne manqueraient pas de passer pendant la messe de Pâques.

Nous placions, en forme de demi lune, en fin d’après midi du samedi de Pâques  les branches en arceaux de mois en moins grands , puis par dessus la mousse.

Le dimanche, après la messe au village en haut de Boussières, nous nous dépêchions de rentrer à la cité, afin de découvrir les offrandes. Oeufs cuits durs, en chocolats ou bonbons et même un lapin en chocolat. Quelle joie nous ressentions à découvrir nos trésors.

Il faut dire qu’en face du logis se situait, les jardins. Il était donc facile pour les aînés de nous inciter à cette jolie coutume.

De nos jours la cité dites *des papeteries* n’as plus ces beaux jardins, des places de parkings ont remplacés ces espaces verts et gourmands où, les foyers cultivaient fruits et légumes.

Pâques me fais, encore aujourd’hui, toujours penser à ces moments de bonheur.

Et quand je regarde ces images sur google Earth, je déplore l’aspect de la cité que j’avais revue il y a 2-3 ans telle qu’elle est de nos jours.

Même si les bâtiments n’on pas beaucoup changés d’aspect externe, les cours elles n’ont plus de gazon ni d’arbres. Elles semblent à mes yeux d’adulte avoir rétrécis comme peau de chagrin.

Voilà Evy, ce que m’évoque pâques et qui en fait une participation à ton défi 154.