Grigol chez Jill, ou pas?

 en retard car, 

Grigol court dans la rigole(+1)

En tous sens comme une luciole

Il hurle et rigole

C’est un sacré guignol

Il se fiche bien d’aller à l’école

Au goûter croque dans des rissoles

Dont, il raffole

Mais qui ces doigts colle

C’est plein de glycocolle (2)

C’est le seul bémol..

Ne le traitez pas de *mongol*

C’est un mariole

Car si leçon il survol

N’ayez crainte Jill, il le prendra son envol.

1.- rigole https://fr.wikipedia.org/wiki/Rigole

2.-glycocolle Sucre de gélatine

INFO : Suis absente vos coms sont validés d’office. De retour au plus tard samedi, des articles sont programmés

38 réflexions sur “Grigol chez Jill, ou pas?”

    1. La tu m’as posé une colle je n’avais jamais entendu ce mot pèguer j’ai du chercher sur Google..Super j’ai appris un mot alors merci Eglantine. douce journée bisous

  1. Il y en a et il en faut des comme ça !
    Il était peut-être en retard mais que veux tu il faut bien je jeunesse se passe. Ce n’est pas quand il aura les cheveux blancs qu’il sautera dans les rigoles !
    Bisous

  2. marie des vignes

    Bonsoir Renée, je pense que ce garnement va se faire virer de la cour s’il ne se calme pas. Bisous et bonne soirée MTH

  3. Mouais, un guignol, ton grigol.
    Bonne fin de jeudi, replongé dans le gris et la pluie …
    Et le moral barré avec la thyroïde.
    Bisoux déprimés.

  4. Bonjour élève Renée, un beau garnement oui ! En plus de faire l’école buissonnière, bon Grigol sois tout de même le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m’dame JB 😉

  5. Coucou Renée,
    Ton GRICOL a du en avalé du glycocolle s’il a fait la tournée des maison hier pour récupérer des bonbons.
    Chez nous la sonnette n’a pas arrêté de tinter tout l’après midi, voire après 19heures.
    C’était le poux-ronchon qui était de corvée pour ouvrir aux gamins et distribuer des sachets de Haribo qu’il avait acheté. Remarque, mon grand gamin avait déjà commencé à puiser dans le stock
    Je n’aurais pas eu la patience de répondre à ces morveux capricieux, dont l’un s’est même plaint qu’il n’aimait pas les fraises Tagada… !
    L’année prochaine, je ferme à clef le portillon du jardin, ou je laisse Farouk dehors ! Comme il aboie sur tout ce qui passe et qu’il est imposant, ils n’oseront peut-être pas s’aventurer dans le jardin comme en terrain conquis.
    Bises et bon jeudi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *