Défi 254 (Evy)

Les mots imposés  : Liberté, Impossible, Inaccessible, Inventer, Sereinement, Toucher, Broder, Douleur, Transfigurer, Pénétrer

 Le thème : «  Rêve ou réalité   « 

 

La liberté pour certains est, un impossible rêve. Alors que la guerre les frappe de plein fouet, qu’ils ne peuvent penser à *demain* sereinement ne sachant pas si pour eux, demain sera là.

Ils doivent inventer chaque jour une façon de survivre, alors qu’il est presque impossible même de trouver des médicaments voir, des vivres.

Ils connaissent la douleur quotidienne de toucher le fond.

Déambuler les soir avec des amis et un rêve inaccessible le couvre-feu est de rigueur. Se rendre d’un point à l’autre aussi, trop de barrages, de checkpoints avec militaires armés jusqu’au dents prêt à en découdre au moindre mouvement suspect.

Devant nos écrans nous pouvons broder sur ce que nous voyons mais, pénétrer dans ce quotidien est effrayant.

Voir les maisons criblées de balles, d’autres détruites, devoir attendre plus de 45 minutes parce qu’au carrefour suivant, un homme c’est fait tuer en pleine rue au volant de sa voiture, juste comme ça.

Je l’ai vu en fin décembre 1980 début janvier 81 au Liban, j’en suis ressortie transfigurée.

Et encore, heureusement je n’ai rien vu des horreurs que font ces guerres.

Non ce n’était pas un rêve, mais une triste réalité.

Réalité aussi de savoir que la famille visitée s’en est sortie, avoir encore des contacts aujourd’hui….

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, principalement la Suisse ou j'ai grandi. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 10 ans. Chipie la bien nommée.

36 commentaires sur “Défi 254 (Evy)

    1. J’ai voulu y aller chère cuisinière par tout les moyens et l’ai même fait dans la plus illégalité possible puisque je n’avais pas de visa d’entrée au Liban qui me fut refusé mainte fois, même via Damas…Mais je devais pour mes amis. Bisous

  1. Nous sommes des chanceuses et des chanceux, dans nos pays, nous !!! Lire un billet comme cela, nous le fait plus toucher du doigt ! Merci Renée pour ce défi superbement relevé !
    Beau début de semaine et bon mois de mars,
    Bisous♥

    1. Oui Colette nous sommes extrêmement chanceux et pourvu que ça continue et que le monde ne connaisse plus cela….Mais j’ai des doutes avec tout ce qu’il se passe…Bisous bonne journée

  2. La télévision nous montre des images d’horreurs mais rien ne remplace la peur, l’angoisse et tout le reste quand on est sur place.
    Bises du jour
    Mireille du sablon

  3. Bonsoir Renée
    Ton texte est tellement émouvant et nous prend aux tripes.
    Quelle chance nous avons de pas connaitre de telles situations, horrible guerre que celles connues par ces peuples.
    De ce défi tu en as fait un texte personnel
    Merci !
    Mille bises Renée
    Aimée

    1. J’y repense quand l’actu m’y fait penser et en ce moment avec ce qui se passe entre Grèce et Turquie ça remonte. C’est pas pareil bien sûr mais le turc est en train de péter les plombs complètement en allant se mêler de bombarder en Syrie et en laissant les immigrés venir en masse sur la Grèce pour faire du chantage à l’Europe, ça risque de finir très mal ça….Bisous Aimée

  4. Nous ne mesurons pas assez , je pense, le bonheur qui est le notre de vivre dans un pays exempt de ce genre de guerre , je connais des personnes qui sont revenues du Liban elles ont été marquées à vie .
    Merci pour ton témoignage par ce défi
    Bon dimanche
    Bises

    1. C’est clair que ça marque et heureusement pour moi je n’ai pas vu d’horreur, le crime fait plus loin devant notre voiture je ne l’ai pas vu ni le reste j’imagine pour ceux qui ont vu ce genre de choses, déjà rien que devoir voir ces maison, les hommes dans les foyer armés prêt à défendre la maisonnée, le couvre feu c’est angoissant…Et dire que sur le moment j’avais même pas peur. J’aurai jamais du y aller puisque je n’avais même pas obtenu le visa, mais montée dans l’avion quand même et pas été refoulée même si interrogée à la descente, on est fou quand on est jeune. Bisous Gisèle

  5. Bonjour Renée quelle horreur de vivre ça ta participation prend au tripes passe une bonne journée bisous je met en ligne

    1. et pourtant c’est bien réel….Faut être dingue pour aller faire des trucs pareils mais que veut tu jeune et bête…Bisous bisous

  6. Une triste réalité, ça doit être terrible de vivre avec la peur au ventre.
    Je suis contente de te relire après ma pause, je reprends mon blog dès demain.
    très bon dimanche, bises

    1. oui ce l’est d’autant plus encore pour les enfants qui n’y peuvent rien…Bisous Danièle avec plaisirs je viendrais te lire douce fin de dimanche

  7. Bonjour Renée,
    Un texte bien triste et bien d’actualités hélas … Des peuples qui vivent chaque jour avec la peur des bombes, de la mort qui rôde chaque jour … Sous l’indifférence totale !!
    Bravo pour ce défi qui donne à réfléchir …
    Bon dimanche malgré tout, bises, Véronique

    1. Sur le moment même pas on est choqué de certaines choses c’est tout, puis avec le recul le traumatisme se fait….Puis s’atténue…Mais perso je ne regrette aucunement et me demande quand même ce qui a fait que j’ai été aussi casse coup car en plus je n’avais pas obtenu de visa, sauté dans l’avion et partie. Heureusement que j’ai pu sortir de l’aéroport et rejoindre les amis c’était même pas sûr. Fallait vraiment le vouloir. Bisous bisous pareil

  8. Comme je te comprends
    Certaines choses que l’on vit , que ce soit positif ou négatif, nous font changer !!
    Après mes 2 cancers je n’ai plus jamais pensé pareil !
    Mais il y a d’autres situations que les maladies qui font réagir ainsi
    Bisous ma Renée

    1. J’imagine que ce que tu as traversé a profondément changé ta manière de voir les choses, et j’admire le courage face à ça…..Bisous Ghislaine doux dimanche

    1. Les choses ont là-bas évoluer en mieux mais c’est pas encore la paix totale Paquerette, et puis les médias parle peu du Liban ces temps. Bisous bon dimanche

  9. La liberté est plus que subjective !
    On ne choisit déjà pas ses parents, ni le contexte qui les entoure, et on a vite compris que le plus souvent, il faut s’adapter.
    Bon dimanche à toi
    Bisous

  10. Bonjour Renée, un défi qui t’as permis de partager ton expérience de la guerre avec nous, je t’en remercie, c’est un beau billet . Bisous et bonne journée MTH

    1. Ce fut une drôle d’expérience Marie et l’étrange c’est que sur le moment je n’ai jamais eu peur, celle-ci est venue après bien après…Bisous

  11. Ce n’est plus un vie que de la vivre dans la peur, la terreur, aujourd’hui vivant, mais demain… en décembre 80 je venais d’accoucher d’une petite fille, sur une terre en en paix… je n’ose imaginer là-bas…. merci Renée, bon dimanche, jill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *