Conte et perle (Evy)

Conte Suisse du Valais

La jeteuse de sorts d’Arbaz

Au temps de nos arrière-grands-pères vivait à Arbaz une femme que tout le monde redoutait, car elle pouvait donner le mal aux gens et aux bêtes.

On prétend même qu’elle faisait partie de la *chenegouda*1.

Un soir, à l’heure de l’abreuvage, quand le bétail se bousculait à la fontaine, cette femme vint à passer. Elle demeura en admiration devant une belle vache brune arrêtée devant le bassin. « Quelle magnifique bête ! ». dit-elle, en caressant de sa main l’échine de l’animal. Puis, se tournant vers la personne qu’elle supposait être la propriétaire de la vache en question : « Elle est bien à vous ? demanda-t-elle.

— Oui, répondit celle-ci, et si tout va bien, nous serons bien servis cette année. La jeteuse de sorts continua encore un moment à exprimer en termes élogieux son admiration pour l’animal, puis elle s’en retourna chez elle.

Mais la propriétaire, après avoir ramené sa vache à l’écurie, s’aperçut qu’elle avait le poil hérissé et qu’elle refusait de prendre de la nourriture. Vite on s’en fut à Ayent consulter un vieillard qui possédait, dit-on, des livres où était enseigné l’art de conjurer les mauvais sorts ; livres qu’il tenait précieusement enfermés dans une boîte enfouie dans le creux d’un pin situé au hors de la Ri.

« Hâtez-vous de rentrer chez vous, dit le bonhomme, prenez la chaîne qui sert à attacher la vache, faites-la chauffer à blanc, puis brûlez sous le ventre de l’animal des rameaux bénits et vous verrez que le mal disparaîtra bien vite. »

On fit ce qui avait été prescrit. Mais au grand étonnement de tous, les flammes que dégageaient les rameaux en combustion ne brûlaient même pas le poil de la vache et celle-ci ne laissait paraître aucun signe de malaise. Cette opération n’était pas achevée qu’on vit arriver en courant la jeteuse de sort. Elle paraissait hors d’elle-même et comme torturée par une souffrance secrète.

« Espèce de bouchers que vous êtes, cria-t-elle, quelle l’idée vous prend de faire souffrir ainsi cette pauvre bête?

— Laissez-nous faire, lui fut-il répondu, nous voulons guérir notre vache par les bons remèdes. »

La sorcière fut au supplice jusqu’à la fin. En effet, la brûlure de la flamme, que la vache n’éprouvait pas, atteignait la sorcière et lui faisait expier cruellement son maléfice.

1 *chenegouda* désolée je n’ai pas réussi à trouver ce que ce mot veut dire !

Une perle

On dit d’une aide-ménagère, une coiffeuse, d’une bonne cuisinière ou d’une excellente femme d’intérieur que c’est une perle !

Cela est dit, avec la meilleure foi possible et, fait certes souvent plaisirs mais est-ce si adéquat ?

Comparer une personne avec un objet aussi précieux soit-il est-il vraiment un compliment ?

La scène se passe dans un temple Bouddha.

Le disciple : – Très sage et très honorable Maître, pourriez-vous m’enseigner quelle est la différence entre une perle et une femme?

Le Maître : -La différence, humble petit scarabée, c’est que tu peux enfiler une perle des deux côtés, et une femme, seulement d’un côté..

Le disciple (confus) : – Mais maître, honte à moi de vouloir contredire votre himalayenne sagesse, mais j’ai entendu dire que certaines femmes se laissaient enfiler des deux côtés !

Le Maître (avec un mince sourire): – Alors, ce n’est pas une femme, c’est une perle.

Ceci dit, il vaut mieux se faire traiter de *perle* de souillon, d’incapable ou de nullité ?

**Gag pris sur le net en cherchant à étayer mon propos…Qui au départ n’allait pas en ce sens!

50 réflexions sur “Conte et perle (Evy)”

  1. on les appelait aussi des diseuses de » bonne aventure »….je me demande si de nos jours il y a encore des personnes comme ça….passe un bien doux mardi

  2. Quichottine

    Ce sont de jolis contes. Merci pour ce partage, Renée, j’ai beaucoup aimé.
    Bisous et douce journée.

  3. une petite histoire que l’on racontait dans le temps, il y a très longtemps mais avec d’autres noms que celui que tu évoques, mais le résultat était à approximativement le même….espérons que les sorcières n’existent plus….passe une bien douce journée

  4. Ah les jeteuses de sort il y en a vraiment partout , celle ci a été bien punie . J’ai bien ri à ta version de la perle
    Bonne soirée
    Bisous

  5. Une sorcière, donc? J’adore la perle, je viens de la lire sur ta page machinbouc.
    Petite précision : il faut me pardonner la rareté de mes visites, mais le débit internet et extrêmement bas, les pages mettent un temps fou à s’ouvrir, alors je m’arme de patience lorsque je publie, et j’en profite pour faire mes visites…. Bises printanières

  6. Bonjour Renée
    C’est bien toi tu contes et les amis t’aident a trouver le reste , que demander de plus
    J’ai bien aimé tes deux partages du jour ..
    même « la perle « hihi…
    Bises et bonne journée

  7. Mais ce nom finalement est employé souvent
    Bonne journée Renée
    Bisous
    Bravo pour tes participations
    Et il y a aussi
    La Chenegouga de Bagnes dévoilera « samedi » son nouveau costume hihi mais je ne sais pas quel samedi 🙂

  8. Oh la la que c’est bien la perle oupss coquine aussi et ton conte superbe dans ma famille j’avais un arrière arrière grand tante qui enlever le mal dans les étables entre paysant il se jeter des mauvais sorts je met en ligne sur mes deux blog merci pour tes participations bonne fin de journée bisous

    1. Elle enlevais aussi aux humain le mal? des gens comme cela sont précieux Evy…
      ravie que ça te plaise malgré le un peu holé holé. Bisoussss

    1. En l’occurence là il s’agit de rites un peu sorcier. Renée de Marseille (mamiekéké) a trouver et le mentionne en com juste en dessous H-Il…..Tu va comment? Bisous doux weekend

  9. Coucou Renée j’ai une réponse pour toi concernant la « Chenegouda) regarde …

    La « Chenegouda » est une assemblée de sorciers et de sorcières qui a lieu pendant la nuit. Elle correspond au « Sabbat », croyance qui remonte au Moyen-Age. La « Chenegouda » se déroule dans des lieux écartés, dans un chalet d’alpage, dans une étable ou en plein air. On y fait un festin dont le repas principal est constitué par un enfant enlevé à ses parents. On danse des rondes infernales, chante des impiétés…
    C’est pourquoi les bruits entendus lors de la cette nuit particulière sont généralement désagréables. Parfois, les diables participent également à la soirée, mais ils ne semblent pas en être les véritables protagonistes.

    J’espère ainsi enrichir tes recherches ha ha ha , j’ai bien aimé tes deux contes mais bien sûr pour des raisons bien différentes ha ha ha , la deuxième est vraiment coquine et je pense que se faire traiter de perle n’est pas forcément un compliment ha ha ha ….

    Gros bisous marseillais du samedi .
    (mamiekéké).

    1. Non la réponse est en dessus donnée par Renée de Marseille mais elle est longue aussi je te laisse voir par toi-même Lady. doux weekend bisous

  10. marie des vignes

    Bonjour Renée, un beau conte, l’histoire de la perle et de la femme assez osée , mais nous ne sommes pas des enfants, alors je peux te dire que cela m’a fait sourire Bisous et bonne journée MTH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *