Bon à savoir, implications

Beaucoup s’expatrient pour le travail,

une retraite désirée au soleil  Driftwood Hôtel

voir même par amour  tout simplement.

 

Pourtant le fait de tout quitter n’est pas anodin et même choisi le départ peut se faire les larmes aux yeux.

 

Je prends en exemple notre départ.

 

Il y a d’abord l’opportunité qui se présente, puis le gros travail de préparation.

Il faut étudier si oui ou non cela est viable calculé les budgets (1*), puis vient la réalisation de celui-ci dans la fièvre des cartons du
vidage d’appartement. Finalement à ce stade c’est plutôt l’effervescence.

PICT0576.JPG

Les cartons mis en (*2) conteneur (ou pas si on ne veut rien emmener) l’appartement est vidé, et la date du départ approche.

La tournée des amis de la famille commence, les adieux aussi.

On en a parlé pendant des mois mais, au pied du mur tout change.

Les doutes s’installent, la peur aussi.

 

C’était un rêve ?

 

Cela devient une réalité qui peut sembler bien dur car quitter famille et amis,

 n’est pas simple. Même si les soirées se déroule dans le rire et la bonne humeur..

PICT0602.JPG 
PICT0604.JPG

Les adieux à l’aéroport sont déchirants, eh oui on les aime, même si on part !

 

On sait qu’on part mais on ne sait pas quand on les reverra car les obligations de la nouvelle installation peuvent contrarier le simple projet
du retour programmé après un certain laps de temps, voir même empêché cette revoyure en raison de souci de santé.

 

Et c’est là que le bât blesse.

 

En effet, si pour les expatriés sous contrat de travail, ce genre d’événement et pris en compte, pour les autres il en va
autrement.

 

Des membres de votre famille ou amis très proche peuvent décédés entre temps. Rentré n’est pas toujours aisé.

 

Les billets d’avion sont de plus en plus accessible certes mais pas donnés surtout à deux, suivant l’endroit cela peut même être mission
impossible.

 

La disponibilité d’une ou deux places peut aussi poser un très gros problème….

 

Les démarches suivant les pays peuvent aussi occasionner pas mal de tracas, il faudra peut-être visa sortie/entrée et si par malheur cela tombe
sur un jour férié comme c’est majoritairement le cas, il sera alors bien trop tard.

 

 

 

Cela nous est arrivé et juste pour info, décès de mon frère d’abord.

Puis le mariage de mon fils quasiment au même moment, plus tard la naissance de mes petit enfants…Ou allez et surtout
comment.

Dès décès dans la famille (jour férié avant samedi/dimanche) la perte d’une amie très chère.

 

Tout ces moments que vous ratez, qui font pourtant partie de votre vie et auquel vous ne participer plus, ne pouvez pas.

 

Ces moments là dans une expatriation même au soleil même voulue désirée et choisie, font mal, très mal et jamais vous ne vous les
pardonnez !

 

Pensez-y avant de le faire.

 

NDR, Non je ne regrette pas, oui nous vivons bien mais, si c’était à refaire ?? D’ailleurs j’espère changer les choses dès que cela sera possible (vente)

 

Conseils perso

*1,

Calculez le
budget est certes impératif, sauf que l’on calcule toujours sans les petit imprévus (les gros on sait qu’ils peuvent survenir et on les a inclus la majorité du temps) les petites rivières
deviennent vite de grosses rivières surtout dans l’acquisition d’un bien immobilier prévoyez large, très large surtout dans le cas d’une retraite car celle-ci n’augmente plus!

*2,

Je trouve
inutile de faire un conteneur car les prix sont exorbitant (pour nous Suisse-Kenya = 18500CHF en 2005 soit change de ce jour 13 195 euros!!)

A ce prix
vous faite du sur mesure suivant les pays, ou vous rachetez tout et encore bien moins cher !

Il est
clair que nous tenons tous à certains objets mais la caisse suffit en général.

Pas besoin
de linge de maison ni de meuble encore moins de vaisselle !

Vous
trouverez sur place et en accord avec votre nouvel habitat. 

 

 P1010196.jpg

 

Renée

Née à Besançon j'ai vécu dans plusieurs pays (Grèce-Allemagne-Australie-Chypre-Kenya-Sénégal, mais, principalement la Suisse ou j'ai grandi. J'aime les voyages lire et la musique. La nature me touche et j'aime beaucoup les animaux. J'ai un chien, une petite Yorkshire de 10 ans. Chipie la bien nommée.

30 commentaires sur “Bon à savoir, implications

  1. 2 de mes amies sont parties ainsi et beaucoup de choses ont changé en particulier avec celle de Nelle Calédonie qui ne revient presque plus , celle de Mauritanie revient de temps en temps.

    Gros bisous Arlette

  2. Bonjour Renée, je suis très intéressée par votre ressenti , celui de ceux qui se sont installés ailleurs que leur lieu habituel ! On aimerait souvent changer de vie, de climat, mais il faut oser
    et il y a aussi des inconvénients d’être loin de sa famille, c’est pourquoi je comprends tes moments de blues.

    Je t’embrasse bien fort

  3. j’ai quitté Bergues qui n’était pas encore la ville de bienvenue chez les chtis pour Casablanca puis apres 6ans ce fut Bonn pour 3 ans au bout de ces 9 ans je suis revenue en france mais dans le
    midi à Nimes pour être plus précise !Depuis novembre 2009,je suis à Cahors pour me rapprocher de ma fille mais je n’ai plus de racines et plus le courage de m’en faire de nouvelles c’est aussi le
    prix à payer quand on vit en expatriée

  4. Pour avoir  fait plusieurs séjours outre-mer (mon mari était militaire), je sais que ce n’est pas facile de tout laisser derrière soi et de partr pour l’inconnu!

    ET quoi  qu’on fasse, il y a toujours des regrets.  Bonne jourée

  5. 2 de mes amies sont parties ainsi et beaucoup de choses ont changé en particulier avec celle de Nelle Calédonie qui ne revient presque plus , celle de Mauritanie revient de temps en temps.

    Gros bisous Arlette

  6. c’est vrai que changer tout demande beaucoup de courage …je ne suis pas sure que je pourrais vraiment m’éloigner trop de ceux que j’aime….même si cette nouvelle vie peut aussi procurer
    beaucoup de bonheur…et pourtant certains jours, je me dis que la vie est courte et qu’il faut la vivre pleinement avec ses envies…l’essentiel c’est d’être heureux, et je pense que tes proches
    comprennent ta décision et les aléas qui vont avec….

  7. Bonjour Renée, je suis très intéressée par votre ressenti , celui de ceux qui se sont installés ailleurs que leur lieu habituel ! On aimerait souvent changer de vie, de climat, mais il faut oser
    et il y a aussi des inconvénients d’être loin de sa famille, c’est pourquoi je comprends tes moments de blues.

    Je t’embrasse bien fort

  8. Eh oui déjà ,juste de changer de région moi du Nord au SUD ce fût un déchirement quand on a vécu 20ans dans la même région,  chose que je n’avais pas ressentie lorsqu’avant je
    partais , à l’autre bour du monde .est- ce le fait d’être mariée maman pour la première fois bref à 45ans justement je pensais être installée ,mais la santé de notre fils était en jeu donc pas
    réfléchi nous sommes descendus .Maintenant de nouveau 20ans aprés  je ne regrette pas  ceux sont mes amis qui viennent en vacances chez moi ; je ne remonte plus dans le Nord depuis 4ans
    ,avant je remontai 1 fois par an ,

  9. j’ai quitté Bergues qui n’était pas encore la ville de bienvenue chez les chtis pour Casablanca puis apres 6ans ce fut Bonn pour 3 ans au bout de ces 9 ans je suis revenue en france mais dans le
    midi à Nimes pour être plus précise !Depuis novembre 2009,je suis à Cahors pour me rapprocher de ma fille mais je n’ai plus de racines et plus le courage de m’en faire de nouvelles c’est aussi le
    prix à payer quand on vit en expatriée

  10. Me voilà de retour après un WE très épuisant !!! en même temps un WE de 5 jours c’est pas facile. Je ne me souviens plus combien de fois j’ai dit à mon mari « demandes une mutation » pour raison
    personnelle, par envie de changer de vie, par envie de s’éloigner de certaines personnes et aussi pour pouvoir profiter plus de soleil !!! et combien de fois après reflexion, je me suis dit
    « as-tu le courage de tout quitter ? » en tout cas je rentre d’un WE dans le sud et là je peux te dire que je suis heureuse d’être chez moi !!! le temps était mauvais et nous avons eu très, très
    froid !!! je pense qu’il faut une grande préparation morale et physique pour tout quitter. Une chose est certaine c’est que peu importe l’endroit ou mon mari ira, j’irai !!! bonne nuit, je
    vais retrouver mon lit !!!! bises, Nadège.

  11. Pour avoir  fait plusieurs séjours outre-mer (mon mari était militaire), je sais que ce n’est pas facile de tout laisser derrière soi et de partr pour l’inconnu!

    ET quoi  qu’on fasse, il y a toujours des regrets.  Bonne jourée

  12. je suis tout à fait d’accord

    vaut mieux très bien réfléchir avant de se lancer dans une telle aventure

    je te souhaite une agréable semaine

    gros bisous 

  13. c’est vrai que changer tout demande beaucoup de courage …je ne suis pas sure que je pourrais vraiment m’éloigner trop de ceux que j’aime….même si cette nouvelle vie peut aussi procurer
    beaucoup de bonheur…et pourtant certains jours, je me dis que la vie est courte et qu’il faut la vivre pleinement avec ses envies…l’essentiel c’est d’être heureux, et je pense que tes proches
    comprennent ta décision et les aléas qui vont avec….

  14. bonjour Renée

    je viens de recevoir ton commentaire sur mon blog  je te sens avec beaucoup de nostalgie  pour ne pas dire tristesse… ton ciel est gris que se passe t-il ? je ne suis pas curieux mon
    amie mais un peu inquiet ..j’attend ton com retour   bisous

  15. Eh oui déjà ,juste de changer de région moi du Nord au SUD ce fût un déchirement quand on a vécu 20ans dans la même région,  chose que je n’avais pas ressentie lorsqu’avant je
    partais , à l’autre bour du monde .est- ce le fait d’être mariée maman pour la première fois bref à 45ans justement je pensais être installée ,mais la santé de notre fils était en jeu donc pas
    réfléchi nous sommes descendus .Maintenant de nouveau 20ans aprés  je ne regrette pas  ceux sont mes amis qui viennent en vacances chez moi ; je ne remonte plus dans le Nord depuis 4ans
    ,avant je remontai 1 fois par an ,

  16. Pour ma part je me suis expatriée en Europe comme tu le sais.

    C’est quand même plus simple au niveau de la monnaie unique   puis au niveau administratif – carte de sécurité sociale européenne, qui nous donne  accès aux soins gratuits  –
    ce sont les  avantages qu’il nous restent d’une Europe mal en point –

    Nous avons laissé les meubles mais nous avons emporté un conteneur avec la vaisselle, le linge, les livres, quelques objets et surtout mes tableaux;

    Résultat 5000 euros de transport. Mais c’est encore faisable.

    Pour le reste, et bien c’est un choix qui est définitif nous le savons bien, car se réinstaller en France serait au-dessus de nos moyens. Alors, oui, souvent on ne retourne pas en France à deux
    pour un évènement. Mon mari va souvent visiter sa mère qui est âgée. Il y va seul, car deux billets, plus le logement en France à deux c’est impossible. De mon côté je vais visiter mes petits
    enfants seule aussi, pour les mêmes raisons.

    Ce choix nécessite des ruptures, certes, mais nous ne regrettons pas. Nous avons le climat, un niveau de vie supérieur à celui que nous aurions en France avec les mêmes revenus. La qualité de la
    vie ici est exceptionnelle. Nous faisons du sport (natation) presque toute l’année pour être en forme, nous ne consommons que des produits du crû. Pour notre santé mentale et bien nous avons dû
    réapprendre à lire et à écrire en langue grecque.

    Nous ne regrettons pas ! Et puis pour communiquer avec les proches il y a Internet

     

  17. Me voilà de retour après un WE très épuisant !!! en même temps un WE de 5 jours c’est pas facile. Je ne me souviens plus combien de fois j’ai dit à mon mari « demandes une mutation » pour raison
    personnelle, par envie de changer de vie, par envie de s’éloigner de certaines personnes et aussi pour pouvoir profiter plus de soleil !!! et combien de fois après reflexion, je me suis dit
    « as-tu le courage de tout quitter ? » en tout cas je rentre d’un WE dans le sud et là je peux te dire que je suis heureuse d’être chez moi !!! le temps était mauvais et nous avons eu très, très
    froid !!! je pense qu’il faut une grande préparation morale et physique pour tout quitter. Une chose est certaine c’est que peu importe l’endroit ou mon mari ira, j’irai !!! bonne nuit, je
    vais retrouver mon lit !!!! bises, Nadège.

  18. coucou toi, t’aurais pas un p’tit coup de blues par hasard ? Oui pas facile de tout quitter, comme tu le sais je ne pourrais pas. A 20 ans sûrement à 50 certainement pas. Ah si les billets
    d’avion n’avaient pas doublé de prix en 10 ans… 1 billet équivaut à presque 1 mois de revenu pension ! Bisous tout plein

  19. je suis tout à fait d’accord

    vaut mieux très bien réfléchir avant de se lancer dans une telle aventure

    je te souhaite une agréable semaine

    gros bisous 

  20. Un dur retour,sur toi-mème,sur les évènements de ta vie,là-bas,au loin.

    Lorsqu’on s’expatrie ainsi,c’est vrai,on ne pense pas forcément à tous les évènements de la vie….

    Bon week-end Renée et à bientot.Aimée

     

  21. bonjour Renée

    je viens de recevoir ton commentaire sur mon blog  je te sens avec beaucoup de nostalgie  pour ne pas dire tristesse… ton ciel est gris que se passe t-il ? je ne suis pas curieux mon
    amie mais un peu inquiet ..j’attend ton com retour   bisous

  22. Pour ma part je me suis expatriée en Europe comme tu le sais.

    C’est quand même plus simple au niveau de la monnaie unique   puis au niveau administratif – carte de sécurité sociale européenne, qui nous donne  accès aux soins gratuits  –
    ce sont les  avantages qu’il nous restent d’une Europe mal en point –

    Nous avons laissé les meubles mais nous avons emporté un conteneur avec la vaisselle, le linge, les livres, quelques objets et surtout mes tableaux;

    Résultat 5000 euros de transport. Mais c’est encore faisable.

    Pour le reste, et bien c’est un choix qui est définitif nous le savons bien, car se réinstaller en France serait au-dessus de nos moyens. Alors, oui, souvent on ne retourne pas en France à deux
    pour un évènement. Mon mari va souvent visiter sa mère qui est âgée. Il y va seul, car deux billets, plus le logement en France à deux c’est impossible. De mon côté je vais visiter mes petits
    enfants seule aussi, pour les mêmes raisons.

    Ce choix nécessite des ruptures, certes, mais nous ne regrettons pas. Nous avons le climat, un niveau de vie supérieur à celui que nous aurions en France avec les mêmes revenus. La qualité de la
    vie ici est exceptionnelle. Nous faisons du sport (natation) presque toute l’année pour être en forme, nous ne consommons que des produits du crû. Pour notre santé mentale et bien nous avons dû
    réapprendre à lire et à écrire en langue grecque.

    Nous ne regrettons pas ! Et puis pour communiquer avec les proches il y a Internet

     

  23. Merci pour tous ces conseils plus que judicieux, car, tu t’en doutes peut-être, mais si mon séjour au Sénégal se passe bien, peut-être que j’y passerai beaucoup plus de temps que prévu, mais je
    pense, tout en gardant ma maison en Alsace, enfin pour l’instant je n’en sais encore rien….

    Bonne fin de journée à vous 3

  24. coucou toi, t’aurais pas un p’tit coup de blues par hasard ? Oui pas facile de tout quitter, comme tu le sais je ne pourrais pas. A 20 ans sûrement à 50 certainement pas. Ah si les billets
    d’avion n’avaient pas doublé de prix en 10 ans… 1 billet équivaut à presque 1 mois de revenu pension ! Bisous tout plein

  25. Un dur retour,sur toi-mème,sur les évènements de ta vie,là-bas,au loin.

    Lorsqu’on s’expatrie ainsi,c’est vrai,on ne pense pas forcément à tous les évènements de la vie….

    Bon week-end Renée et à bientot.Aimée

     

  26. Merci pour tous ces conseils plus que judicieux, car, tu t’en doutes peut-être, mais si mon séjour au Sénégal se passe bien, peut-être que j’y passerai beaucoup plus de temps que prévu, mais je
    pense, tout en gardant ma maison en Alsace, enfin pour l’instant je n’en sais encore rien….

    Bonne fin de journée à vous 3

Les commentaires sont fermés.

Retour en haut