Atelier 88 de Ghislaine 1

08/03/2019 42 Par Renée

Les mots imposés sont : Appuyé, tronc, effiloché, tenuepourtant, risque, suite, visite. Où et, un texte de votre choix sur le thème « campagne « 

 

On dit que dans les campagnes, il ne se passe rien où, pas grand-chose !

C’est vrai, pour y habiter, j’en sais quelque chose!

Le risque de faire de mauvaises rencontres et nul, c’est un village un peu comme une cité dortoir, le matin les gens partent au travail, ils en rentrent le soir.

Beaucoup de fermes aussi dont pas mal sont, rénovées. L’agriculture y est importante les champs s’étalent les vaches broutent, les oiseaux gazouillent.

Le dimanche c’est le désert. C’est la campagne aux portes de la ville, 8 minutes en train ou 15 en voiture c’est proche quand même, non ?

A part quelques jeunes, rentrant de la ville le samedi soir, le jeans effiloché la tenue débraillée parfois même, pas franchement sobre, le reste du temps, on peut dire que c’est d’un ennui mortel.

Pourtant, cette tranquillité j’ai appris à l’apprécier, et mes *descentes* en ville me fatigue vite. C’est bruyant, animé et surtout impersonnel. Un comble pour une citadine déclarée et fière de l’être ! Mais ça, c’était avant.

Parfois, la visite de la famille, met un peu d’animation dans une routine bien rodée, la vie coule sont court, sans surprises. Ou presque.

Mais voilà que dans cette petite vie villageoise, pour ne pas dire campagnarde un grain de sable va se glisser………

Il était appuyé contre le tronc du pommier, un peu plus loin que la petite zone commerçante. Petite parce qu’une boucherie, un petit super marché, un coiffeur 2 bistrots (oui deux) deux salons de beauté (mais oui quand même), on ne peut pas dire que ça soit une débauche, de commerces. Mais on trouve quand même de tout même. Le dimanche matin le petit super marché est ouvert.

Bref il était là, la capuche baissée mains enfoncées dans les poches……

Mais pour que je vous livre la suite, il va falloir attendre que Ghislaine donne d’autres mots !