Atelier 87 de Ghislaine (Suite 9 et fin)

24/02/2019 48 Par Renée

 

Les mots imposés sont : âme, idée, état, mal, être, corps, rendre, vent. Et où, thème *faits divers*, où, faits d’hiver

 

Dernière phrase : Florent crie, tais-toi Rex tu affoles Manon…Bigre il aurait pu y penser avant ! (http://envie2.be/category/partage/ghislaine/)

5 heures d’interrogatoire déjà et Florent ne livre pas ce qu’il sait et surtout, ce que lui a fait. J’ai mal partout je suis épuisée.

Une idée me vient subitement. Nous allons faire venir la fille de Nina, de toute façon elle va devoir assister à la mise en terre de sa mère. Nous suspendons donc l’interrogatoire jusqu’au lendemain. Enfin un peu de repos.

Au matin bien sûr toute la presse titre en une des faits divers, Paul Rachid enfin sous les verrous ! tous y vont de leur suppositions, vu que rien n’a filtré de chez nous. Rien sur Florent. Tans mieux.

La petite est arrivée nous la montrons à Florent, qui s’effondre sur sa chaise. Son être semble vidé de toute substances, son corps se recroqueville comme un vieillard. Il est prêt a rendre les armes. On y est cette fois !

Il déclare que, Nina était venue lui apporter ces diamants afin qu’il ait des moyens pour s’occuper de la petite, car c’est bel est bien sa fille.

Les explications sont devenues houleuse, puis violentes. Il nous explique que, Nina hurlait contre lui, lui reprochant de ne pas l’avoir crue, qu’elle ne vendait, pas encore ces charmes lors de leur rencontre.

Elle travaillait juste dans ce bar très mal famé du port de Hambourg comme serveuse, faute de mieux. Elle était vraiment amoureuse de Florent et croyait que c’était réciproque jusqu’à l’annonce de la grossesse où, il l’a repoussée.

Blessée dans sa fierté elle n’a plus insisté.

Mais, après l’accouchement et devant les difficultés elle a commencé a se vendre ici et là, à quelque clients de passage.

C’est comme ça qu’elle aurait rencontré Paul Rachid qui lui naviguait en eau plus que trouble, à Hambourg…(Ce qui explique entre autre qu’on en ai pas entendu parler depuis un moment !)

Bref, Rachid y a vu le moyen de se faire du fric sans se fatiguer et sans rien demander à ces compères afin de ne pas être redevable, il l’a mise en vitrine.

Ne voyant aucune solution pour sa fille, Nina à tenter le tout pour le tout en venant chez Florent.

De hurlements en reproches, des coups se sont perdus, de part et d’autre. Nina, à empoigné un couteau lancé quelques coups pour se protéger des poings de Florent qui, en la désarmant l’a fait tomber.

Elle s’est fracassé la nuque contre la table basse. Florent paniqué a mis l’appartement sens dessus-dessous pour se forger un alibi puis dépassé, a jeter Nina dans la benne.

Il pleure, nous dit regretter, qu’il n’aurait pas dû fuir mais qu’il avait fumé des joints et bu plus que de raison aux moments des faits. Il dit avoir perdu toute commune mesure. Et c’est vrai, qu’il n’est plus qu’une pâle copie du fringuant mec qu’il était.

Paul Rachid n’y est pour rien, il avait juste suivi Nina croyant qu’elle voulait lui échapper, pas question pour lui de perdre son gagne-pain ! Il n’était même pas au courent du meurtre. Ni d’ailleurs des diamants.

Pas de bol, il sera mis en taule après l’hôpital, où, ce qu’il raconte concorde d’ailleurs avec les dires de Florent.

Quand à Florent, il en a pour bien 15 ans…si ce n’est plus..Les juges décideront lors du procès.

Je sors du commissariat, je décide d’aller à pied à la gare, j’ai hâte d’être à Paris prendre quelque jours dans mon refuge au bord de Marne.

A mes côté, Rex chemine, me regardant avec les yeux douloureux, la queue entre les jambes.

Je suis anéantie, des larmes coulent heureusement, vite séchées par le vent, qui donne mal à la tête, foutu mistral.  Une histoire banale a pleurer.

Sauf que maintenant la petite est orpheline. Sa mère, paix à son âme ne la protégeras plus, quoiqu’elle ait fait de sa vie, elle l’a payé, bien trop cher.

Encore une gamine qui va finir à l’assistance. Quel gâchis.

Fin