Atelier 86 de Ghislaine (Suite 8)

15/02/2019 35 Par Renée

Les mots imposés sont : Ambre, chant, flambée, fébrile, merle, affiché, affoles, brailler, où et, un texte de votre choix sur le thème “Humour

 

Dernière phrase : Il est impératif que je m’y rende toute affaire cessante ! (http://envie2.be/category/partage/ghislaine/)

A peine arrivée une bonne nouvelle m’y attend Florent se terre dans un hôtel miteux vers la Joliette. Nul doute c’est près du port, il veut se faire la malle.

Des policiers en civile planque on est donc parés.

Je tiens à me rendre sur place, mon collègue de la BRB m’y accompagne donc. Rex est très fébrile aussi, est-il emmené à la brigade on ne sait pas trop comment il va réagir. Après tout, c’était aussi son maître à une époque, il pourrait tout faire foirer.

Florent arrive enfin, amaigrit négliger, le pas incertain et en plus accompagné.

Où plutôt, le type à l’air de le forcer à avancer. Ça change la donne on dirait.

Ce type de corpulence moyenne, barbu d’apparence soignée, visage dur comme coupé à la serpe. Des yeux noir et insondable, je le reconnais de suite. Je ne m’y attendais pas et suis sonnée, une flambée de haine me submerge

Fiché S depuis plus de 2 ans une carrière dans le banditisme international puis radicalisé, on en avait plus beaucoup entendu parler, bien que son portrait soit affiché dans tout les postes de France, jamais pu le coincer. Paul Rachid, dit le sanguinaire.

Ils entrent, on attend quelques minutes qu’ils arrivent dans la chambre, puis on leur tombe dessus.

Florent est là tenu en respect, un flingue pointer sur le front par Paul Rachid est surpris, il  se retourne et tire. Heureusement sans blesser qui que se soit. Par contre un bleu lui, a dégainé et, l’a touché au bas ventre.

Nous le maîtrisons, non sans mal, malgré sa blessure il reste costaud le bougre et on l’entend brailler à nous en crever les tympans !

Florent est emmené à la BRB, dans un premier temps pour, les premiers interrogatoires.

Sieur Rachid lui, direction l’hosto sous bonne escorte, il y sera aussi interrogé dès que possible.

A cet instant libre comme l’air, passe un merle sur nos têtes. Me reviens une phrase que je ne peux m’empêcher de lui jeter en éclatant de rire, avant qu’il ne soit embarquer,

* Le rire ??? C’est, d’abord, la liberté. Parce que, vraiment, je ne connais pas beaucoup de gens qui ont ri en prison*

Etrange, cette note d’humour caustique n’a pas l’air de lui plaire

Arrivé à la BRB, Florent me dévisage avec ces yeux d’ambre répétant qu’il n’est pour rien ou pas grand-chose dans cette histoire.

Rex devient intenable depuis qu’il a entendu sa voix et son hurlement ressemble au chant de loup acculé, ça me perturbe. Florent crie, tais-toi Rex tu affoles Manon…

Bigre, il aurait pu y penser avant !

Allons enfin savoir le fin mot de l’histoire. J’espère ! Vous aussi sans doute ?

Pourras-t-on bientôt clore ce dossier Ghislaine ?