Atelier 80 de Ghislaine

Suite de l’histoire pour l’atelier 80 dont les 8 mots imposés sont :

Stupide, rancune, méfiance, oublipeur, raison, jamais, dommage et où au moins 5 mots contenant *ORE*

Reprise de la dernière phrase du précédent chapitre :

« Mais l’heure n’est pas au regret car Florent lui, est introuvable malgré les traces de sang frais au sol. »  (http://envie2.be/category/partage/ghislaine/)

Je pressens d’OREs et déjà les ennuis en lisant cette lettre qui transpire la peur.

Les mots couchés sur le papier partent en tous sens avec en fin des étirements comme, un médecin rédigeant une ordonnance. Certains sont dur à déchiffrer comme le propre de *main propre*. La ponctuation manque et ce ne doit pas être un oubli !

C’est un appel à l’aide, réel et urgent.

D’ailleurs Rex sent quelque chose, il commence à gémir tourne en rond chose qu’il ne fait jamais dans les locaux de la gendarmerie, ces OREilles sont dressées il sent quelque-chose. Je ne peux l’ignOREr .

La missive est signée FlORE….le NT reste est illisible mais, il se devine. Je sais maintenant qui me l’a envoyé.

Florent, mon ex sans aucun doute. Les agissements de Rex me le confirment…

Il habite tout au bout du quartier une des dernières maisons privées encore debout dont les stOREs sont plus souvent fermés qu’ouvert, c’est stupide alors que le soleil est si peu présent, surtout ces temps.

De plus, c’est isolé quand même tout peut arriver sans que personnes n’entendent où, voie quoique que ce soit.

Il faut y aller et faire taire ce petit sentiment de rancune qui m’assaille de temps à autres, c’est mon boulot et le passé est enterré. Enfin il me semble!

Arriver sur place mon équiper constate que la porte est légèrement entrebâillée, aucun bruit ne filtre pourtant.

Rex qui nous à suivi, aboie ces poils se hérissent. Du coup j’en transpire par tous les pOREs.

La raison nous dicte une très grande méfiance. Nous entrons.

Nous découvrons une scène de chaos indescriptible, meubles renversés, divan éventrer, bibelots vaisselle TV brisés au sol. On ne sait ou posé les pieds.

Quel dommage moi qui, avait à l’époque aménagé l’espace avec soins et amour, c’est un carnage.

L’heure n’est pas au regrets, Florent lui, est introuvable malgré les traces de sang frais au sol.

Une suite ? Vous le saurez avec les prochains mots de Ghislaine ! Peut-être.

A bientôt


48 thoughts on “Atelier 80 de Ghislaine

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *